Rechercher
  • ontheroutencore

Aménager un combi Volkswagen T3

Je crois que c’est une des premières questions que l’on m’a posée, que cela soit au sein de ma famille avant mon départ, où sur les routes au gré des rencontres : « mais du coup tu te laves comment ? »

Oui Lucien, je me lave et je suis propre. Non Lucien, je n’ai pas une douche avec eau chaude illimitée (ou eau illimitée tout court) et pas de jets massants. Dommage pour moi (?)

Malgré le fait que j’ai passé la quasi totalité de ma vie à avoir accès à l’eau et donc de considérer la douche comme un élément totalement naturel dans ma vie (voire de ne même plus considérer la douche étant donné que c’était inscrit dans ma routine) je ne me suis pas beaucoup posée la question de comment j’allais me laver une fois en van. Peut-être que je savais inconsciemment que j’avais des solutions, à force de suivre un nombre incalculables de vanlifer•euses sur les réseaux sociaux.

C’est clair qu’il faut faire l’impasse sur pas mal de « confort » si l’on ne veut pas passer la moitié de sa journée à chercher où l’on pourrait prendre une vraie douche !

J’avoue que ce n’est pas super écolo (pour ne pas dire pas du tout) mais j’ai eu pas mal recours aux lingettes pour bébé, pour une toilette de chat sous les aisselles et aux parties intimes. Ça dépanne, c’est pas mal, même si le gant de toilette c’est quand même mieux (mais faut pas être en panne d’eau !)

Puis après une semaine sans m’être lavée les cheveux, j’ai entreprit de tester… ma douche solaire !

Eh bien j’ai vite abandonné, ça je peux vous le dire !

Achetée pour 20 euros chez Narbonne Accessoires, le principe est simple (attendez la pratique). C’est une grande poche noire de 20L (bien plus qu’il n’en faut pour prendre une douche, je vous le dis) que l’on remplie d’eau et que l’on laisse lézarder au soleil, le temps que l’eau se réchauffe (sauf si vous êtes un•e grand•e amateur•trice de douche froide, perso moi c’est pas mon truc). Puis une fois que l’eau est assez chaude à son goût, on fixe un tuyau au bout duquel se trouve une sorte de « pomme de douche » percée de 3 trous pour laisser passer l’eau. Jusque là, tout va bien.

Mais j’ai galéré autant que Perceval à comprendre le mot « humidité » (aka Kaamelott d’Alexandre Astier) à introduire l’eau dans la poche pour commencer. Puis quand j’ai enfin réussi à remplir ce que je considérais comme assez d’eau dans la poche, j’ai voulu prendre ma douche naturellement. Et y’avait rien qui sortait. Est-ce que je n’avais pas assez d’eau ? Est-ce que le tuyau était endommagé ? (Il faut dire que le tuyau en plastique était pilé en deux dans la boîte donc quand je l’ai sorti il était encore tordu, pas pratique pour prendre une douche !) J’ai vite été frustrée, j’étais entre 3 champs de blés, sur un sentier emprunté par des locaux, des cyclistes, des randonneur•ses avec leur chien, bref, même si j’étais isolée, je n’étais pas seule au monde. Et malgré le fait que je ne sois pas pudique, c’est pas super agréable de se faire surprendre en maillot de bain pendant sa douche par des inconnu•es, m’voyez !

Bref je vous épargne pas les détails, j’ai fini par remplir ma casserole avec l’eau de la poche et me vider ladite casserole sur la tête ! L’eau n’était pas assez chaude et la casserole pas assez grande mais au final j’ai réussi à me laver, à peu près correctement et surtout, j’avais les cheveux propres !

La douche solaire est retournée dans un coin sombre du van et je n’ai plus jamais essayé de l’utiliser. J’ai toujours trouvé d’autres astuces ! J’avais déjà expérimenté la casserole sur la tête, ça fonctionnait pas mal même si ce n’était pas le meilleur du confort.

J’ai vite compris que se faire des ami•es, c’était une bonne solution aussi ! Au gré de mes voyages, j’ai pu parfois rencontrer des personnes qui n’était pas des vanlifer•euses mais des locaux avec leur propre maison ou appartement et j’ai pu profiter plusieurs fois d’une douche chaude et ça fait du bien. Ce que je préférais, c’est qu’elles étaient rares, ces précieuses douches d’eau chaude, et donc je les appréciais d’autant plus. J’ai appris que la douche est un luxe et j’aime le voir comme tel.

Lors de mon passage à La Rochelle, j’ai pu aussi profiter de douches illimitées pendant un certain temps. En effet, mon père possédant un bateau, il a accès gratuitement aux douches du port, avec seulement une carte ou un badge. J’étais aussi excitée qu’un acarien au salon de la moquette quand mon père m’a donné sa carte d’accès et que j’ai réalisé que je pourrais me laver autant de fois que je voulais pendant la semaine que je passerais au port ! Attention donc, cette solution n’est pas possible si vous n’avez pas quelqu’un « on the inside » (ce ton est à imaginer comme dans un film d’espions)

Par contre ce que vous pouvez faire comme moi, c’est d’aller à la piscine ! Il y a toujours des cabines individuelles ou handicapées qui vous permettent un peu d’intimité pour vous laver ! Il faut trouver les bonnes piscines où l’entrée n’est pas chère (en plus moi je bénéficiais du statut de « demandeuse d’emploi » (je trouve que ça claque plus que « chômeuse »)) donc je payais encore moins chère l’entrée !

Bon, en temps de Covid, ça a ses limites tout de même.

Je me suis une fois retrouvée dans une piscine où les cabines handicapées étaient fermées pour causes sanitaires (bien que je ne comprenne pas trop, ça veut dire que les handicapé•es n’ont pas le droit d’aller à la piscine pendant le Covid ?) du coup, comme j’avais déjà payé l’entrée, je me suis lavée dans les douches communes. Je pense que ça en a étonné plus d’un•e, à me voir me laver avant même d’aller dans l’eau et au final de repartir sans même profiter d’aller nager ! (Je vous avoue qu’avec la crise sanitaire, ça me plaisait moyen d’aller me mélanger avec les autres personnes dans la piscine, bien que cela ne soit que dans ma tête évidemment)

« Evidemment que cela se passe dans ta tête Harry, mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n’est pas réel ? » RIP Dumbledore.

Une dernière astuce pour me laver, et de loin la plus fun, fut celle dans la rivière avec deux amies ! Comme j’utilise du savon/shampoing sans produits chimiques, je peux effectivement me laver partout sans polluer ! Du coup c’était vraiment le moment rigolade, à genoux dans la rivière, devant les touristes qui lézardaient au soleil et les gens en kayak qui nous jetaient des regards furtifs. L’eau n’était pas vraiment chaude mais c’était nos éclats de rire qui nous réchauffaient (voilà que je me sens poète).

Sur cette note poétique, je me rends compte que j’ai déjà beaucoup écrit ! J’espère que vous avez été jusqu’au bout, que vous avez pris plaisir à me lire, que peut-être ça vous a donné de l’inspiration ou qu’au contraire, vous êtes bien content•es d’avoir une chouette douche à la maison ! Pour ma part, j’aimerais bien faire un petit ajout dans mon van et raccorder à mon jerrican d’eau, une vraie pomme de douche avec une pompe, pour pouvoir prendre de vraies douches à l’extérieur. Reste à voir comment je pourrais faire pour l’eau chaude, car les douches froides en Ecosse, je ne suis pas sûre de m’y faire !

A bientôt On The Route Encore les p’tites fesses !

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'acquisition du Nimbus 2000

Un peu de contexte L’acquisition de mon Nimbus 2000, un combi Volkswagen T3 orange de 1982, s’est faite très rapidement. En 2019, j’étais en master 2 de Direction Artistique Numérique spécialisation U